Le projet HDF>5, c'est quoi ?

Visite-Usine-Hutchinson-036.jpg

Ce pneu a intégralement été pensé en France, au centre de recherche de Châlette sur Loing (voir "Visite de l’usine Hutchinson").

Toutes les intelligences du Groupe Hutchinson en matière de recherche, de développement et d'expérience dans la composition des meilleures gommes ont été mises à profit. Ce n'est donc pas seulement la division pneumatiques qui a participé à ce projet, mais aussi les divisions automobile et aérospace du groupe.

Cette synergie a permis de créer 105 combinaisons de mélanges. 128000 km ont été parcourus sur bancs d'essais et 34000 km sur le vélo.

Ainsi, les pneumatiques Fusion 5 se déclineront en 3 gommes et renforts différents, appelés HDF>5.1, HDF>5.2 et HDF>5.3.

Le Fusion 5 sera décliné en pas moins de 6 versions (3 Tubeless et 3 pneus standards) et 1 boyau. Une gamme entièrement dédiée à la compétition et au cyclosport.

Joël Balez, responsable développement pneumatiques Hutchinson

Hutchinson-Fusion5-Sicile-026.jpg

Joël Balez n'est ni plus ni moins que le successeur de Norbert Gangloff (voir interview ici) qui prendra une retraite bien méritée fin février.

Responsable développement pneumatiques Hutchinson et manager du Service Course, Joël Balez développe donc les nouveaux pneumatiques vélo en étroite collaboration avec les coureurs professionnels des équipes Direct Energie et Armée de Terre.

Quels étaient les objectifs pour le Fusion 5 ?

Le Fusion 5 est le résultat de 2 années de recherche des équipes Hutchinson qui ont mis au point un procédé unique permettant à la nouvelle gomme (HDF>5) d'obtenir d'excellents résultats sur les 5 critères principaux de performance d'un pneu : le grip, le rendement, la longévité, la résistance à la crevaison et le confort.

Notre objectif, devenir la nouvelle référence du pneu, avec comme cible, le Continental GP 4000.

Nous avons la chance d'avoir notre département recherche & développement et notre usine situés sur le même site, ce qui facilite la rapidité des échanges.

Concevoir la meilleure gomme n'est pas chose facile. Il y a ce qui se fait en laboratoire, où l'on peut jouer quasiment au niveau de l'atome, mais aussi le process industriel, différent.

Les échanges avec les coureurs ont-ils été intéressants ?

Nous avons la chance d'avoir deux équipes de haut niveau. Il est certain que leurs retours, en tant que coureurs de haut niveau, nous permettent de valider rapidement des solutions.

Nous avons réalisé des tests en aveugle auprès des coureurs. Les premiers retours ont été déterminants. Certains ont même trouvé que certaines pré-versions avaient "trop de grip".

Ces échanges nous ont permis de constater un très grand intérêt de la part des jeunes coureurs pour l'aspect technique des gommes. Ils veulent tout savoir, la section à utiliser, les pressions, ...

Nous avons pu ainsi élaborer pour les coureurs des pressions optimales à utiliser en fonction des sections utilisées et des conditions climatiques. Le temps des sections de 20mm et pressions à 9 bars est définitivement révolu.

Pourquoi ne pas avoir appelé cette gamme Fusion 4 pour succéder au Fusion 3 ?

Nous pensons sincèrement avoir franchi un gros cap par rapport au Fusion 3. Le Fusion 5 combine les 5 critères principaux de performance d'un pneu : le grip, le rendement, la longévité, la résistance à la crevaison et le confort.

Place à la revue des différents pneumatiques Fusion 5 proposés et leurs technologies.

Fusion 5 Galactik

fusion5-galactik.jpg

Il s'agit de la version la plus performante du concept Fusion 5, disponible en version tubeless ou standard.

Le Galactik est léger et offre une faible résistance au roulement, il s'agit donc d'un pneu dédié aux coursiers à la recherche de vitesse et de rendement. Pour cela, il utilise une gomme HDF>5.1 qui est la composition la plus aboutie en terme de performance pure. Une épaisseur de gomme de seulement 0.8mm associée à un renfort anti-crevaison 100% polyamide Lightskin lui confère un excellent rendement et un bon grip.

La carcasse 127 TPI procure un grip excellent, mais aussi un haut niveau de confort. La Galactik est le pneu sans compromis par excellence.

Disponible en tubeless 23mm (240g), tubeless 25mm (250g), pneu 23mm (190g) et pneu 25mm (205g). A seulement 240/250g, le tubeless se permet de rivaliser en poids avec les meilleurs pneus et boyaux.

Ce Fusion 5 Galactik se trouve à 54.95€ en version pneu et 59.95€ en version tubeless.

Fusion 5 Performance

fusion5-performance.jpg

Le Fusion 5 Performance bénéficie d'une gomme HDF>5.2 ainsi que d'un renfort Kevlar.

La gomme HDF>5.2 a été développée dans le but d'offrir un compromis parfait entre l'épaisseur de la gomme ( 1.2mm) et l'association du renfort Kevlar. Les avantages de la gomme HDF>5.1 mais avec une meilleure résistance à la crevaison.

Carcasse 127 TPI.

Disponible en tubeless 23mm (285g), tubeless 25mm (295g), pneu 23mm (200g), pneu 25mm (215g) et pneu 28mm (220g).

Côté tarifs, comptez 44.95€ pour le pneu Fusion 5 Performance en 23 ou 25mm et 49.95€ pour sa déclinaison tubeless.

Fusion 5 All Season

fusion5-all-season.jpg

La gomme du All Season a spécialement été développée pour assurer une excellente adhérence par tous les temps, notamment sous la pluie.

La granulométrie plus élevée offre plus de grip et de résistance tandis que le design fortement strié a été conçu pour une meilleure accroche et une évacuation de l'eau optimale.

Pour cette version, Hutchinson a développé une gomme HDF>5.3 destinée avant tout à la longévité et à l'accroche. Une gomme plus épaisse qui atteint 1.6mm d'épaisseur. Associée au renfort Kevlar, cela garantit une bonne tenue de route et une excellente longévité pour les cyclistes qui accumulent les kilomètres par tous les temps.

Carcasse 127 TPI.

Disponible en tubeless 23mm (295g), tubeless 25mm (315g), pneu 23mm (210g), pneu 25mm (225g) et pneu 28mm (230g).

La version tubeless du Fusion 5 All Season coûte 49.90€ et sa version pneu 39.90€.

Boyau Fusion 5

Fusion-5-boyau.jpg

Enfin, pour être tout à fait complet, le boyau Fusion 5 fait son arrivée. Le boyau Hutchinson Fusion 5 à valve démontable possède un profil slick idéal pour le rendement. Carcasse en polycoton haute performance 220 TPI et chambre à air latex.

Gomme HDF>5.1 de fine épaisseur (1.2mm) et renfort polyamide. Tenue de route optimale et rendement hors du commun.

Un boyau déjà utilisé par les coureurs de l'équipe de l'Armée de Terre. Du côté de l'équipe Direct Energie, le Pro Tour continuera d'être utilisé sur les épreuves sèches, mais le Fusion 5, plus polyvalent, sera monté sur les épreuves où les conditions climatiques sont moins bonnes.

Un boyau qui devrait coûter à l'achat un peu moins de 100€ et qui remplace le vieillissant Carbon Comp.

Par rapport à ce dernier, Hutchinson avance pour le boyau Fusion 5 :

  • +5% en performances de roulement
  • +27% de grip
  • +31% d'endurance
Hutchinson-Fusion5-Sicile-028.jpg

L'avis des équipes Direct Energie et Armée de Terre

Hutchinson-Fusion5-Sicile-031.jpg

9 coureurs étaient présents sur cette présentation presse.

Pour Direct Energie, avec Jean-René Bernaudeau :

  • Angelo Tulik
  • Julien Morice
  • Fabrice Jeandesboz
  • Romain Sicard
  • Bryan Coquard

 

 

Hutchinson-Fusion5-Sicile-040.jpg
 

Pour l'équipe cycliste Armée de Terre, avec Vincent Bengochea :

  • Julien Duval
  • Romain Le Roux
  • Bryan Alaphilippe
  • Benoît Sinner

Jean-René Bernaudeau est fidèle à Hutchinson depuis de nombreuses années, et ce n'est pas pour rien. Ses coureurs ne veulent rien d'autre que des boyaux ou pneus de la marque française. Et pourtant, certains viennent d'autres équipes et ont goûté à d'autres enveloppes, mais Hutchinson semble les ravir.

Comme l'indique Bryan Coquard :

Je dois avoir confiance à 100% en mes boyaux quand j'attaque une descente. Pour une arrivée au sprint, s'il y a un virage à 90° que l'on aborde à 50km/h, je sais que je ne serai pas le premier à tomber grâce à mes boyaux.

Même son de cloche du côté des coureurs de l'équipe cycliste de l'Armée de Terre, qui ont grandement participé au développement des Fusion 5.

Premiers tours de roue en Fusion 5

Hutchinson-Fusion5-Sicile-046.jpg

Ce voyage en Sicile a été l'occasion de faire les premiers tours de roue avec les Fusion 5 Performance en compagnie des coureurs Direct Energie et Armée de Terre (voir sortie sur Strava).

Pas un véritable essai, car 65km sont un peu courts pour se faire un véritable avis, surtout quand on roule sur des routes que l'on ne connaît pas et qui en plus, ne sont pas en très bon état.

J'étais doté d'un Look 765 pour l'occasion, vélo que je connais pour l'avoir testé (voir test ici).

La première moitié de la sortie s'est faite à un bon rythme mais pas trop élevé. Ensuite, c'est une montée de 8km à 6% de moyenne qui nous attend, jusqu'au village de Castelmola, sur une route assez abîmée. Le confort semble bon, à valider après test définitif.

Hutchinson-Fusion5-Sicile-047.jpg

Le retour se fait par la même route. L'occasion de tester le grip de ces pneus Fusion 5 Performance dans la descente, raide, avec de nombreuses épingles obligeant à freiner de manière virile. J'en profite pour me caler dans la roue de Julien Morice et Romain Sicard (Direct Energie) pour conserver un rythme soutenu.

Aucun problème, même les freinages tardifs et les épingles abordées très rapidement ne viennent pas à bout du grip des Fusion 5. Je tiens le rythme jusqu'en bas, même si les relances en sorties d'épingles sont un peu plus laborieuses que les deux pros. Me manque quelques watts !

Les 20 derniers kilomètres se font vent de face. Heureusement, Julien Morice, Romain Sicard (Direct Energie) et Romain Le Roux (Armée de Terre) font un train... de plus en plus rapide pour rentrer avant la nuit. On roule entre 40 et 45km/h, le rendement semble être bon, même s'il est difficile de juger au ressenti. Une section pavée de plus de 1km sur de gros pavés abordés à plus de 30km/h me poussent dans mes retranchements. Heureusement, la section de 25mm et le cadre du Look 765 sont là.

Il était temps que l'on arrive, je suis à bloc. Rincé, mais trop frais pour profiter de la piscine de l'hôtel.

Un test complet aura bien sûr lieu un peu plus tard, cette fois-ci sur mes routes habituelles. Pour finir, une photo de l'Etna sur lequel je n'ai pu monter malheureusement, un peu trop loin et pentu. De toutes façons, la route s'arrête à 2100m et le sommet est à 3300m !

Hutchinson-Fusion5-Sicile-048.jpg