Avant propos

Attention, cet article n'a pas pour but d'incriminer qui que ce soit, simplement de vous expliquer le pourquoi de la situation actuelle. Vous le verrez, tout le monde subit ces retards et personne n'en est responsable.

La situation actuelle

Aujourd'hui -tout au moins à l'heure où j'écris ces lignes- la plupart des sites de production dans le monde du vélo tournent normalement, il n'y plus aucune entreprise touchée par des arrêts dus à la pandémie de Coronavirus.

Mais si vous allez chez un vélociste pour l'achat d'un vélo ou d'un accessoire, il y a de nombreuses chances pour que ce dernier vous ait annoncé une indisponibilité avec un délai d'approvisionnement long... et parfois aucun délai sûr. Cela touche aussi bien les vélos complets que certains périphériques ou des produits plus anodins comme les chambres à air... ou même des câbles de freins ou des chaines.

Du jamais vu dans l'histoire récente du commerce vélo. Et les enseignes de e-commerce spécialisées ne sont pas mieux loties. Si elles ont d'habitude plus de stock qu'un vélociste, ces stocks ont fondu comme neige au soleil durant l'été et certains produits sont introuvables même chez eux. Trouver du liquide de freins par exemple relève parfois de l'exploit.

Mais d'où viennent ces manques ?

Effets secondaires du Covid-19

Durant le printemps, l'épidémie de Covid-19 a frappé de plein fouet l'Asie, principal producteur mondial pour tout ce qui touche au vélo. Des cadres aux plus petits accessoires comme les chambres à air en passant par les transmissions, de nombreux produits viennent de ce côté-ci de la planète.

Or, durant des semaines, des pays ont été confinés, les usines étant à l'arrêt complet. Principale entreprise impactée, Shimano, qui travaille habituellement 7 jours /7 et 24h/24. Et quand on est le premier fournisseur de composants vélo dans le monde (toutes gammes et disciplines confondues), cela a un impact sur la production de la planète entière.

Depuis plusieurs mois, la situation est revenue à la normale, mais quand on travaillait déjà 7 jours /7 et 24h/24, impossible de rattraper des semaines de retard en seulement quelques mois. Mais Shimano n'est pas la seule à être touchée, SRAM aussi, mais plus côté VTT que côté route. Reste donc Campagnolo, qui en produisant majoritairement en Europe, reste avec des taux de disponibilité excellents. Mais la demande sur les vélos en première monte reste faible par rapport aux vélos équipés en Shimano et SRAM.

Charlotte Vinconneau, Shimano France :

Nos usines ont été globalement assez peu impactées par les confinements, il y a eu simplement quelques jours d’arrêt. Malgré tout, notre outil industriel n’est pas dimensionné pour absorber une accélération aussi soudaine de la demande. Depuis l’été, nous gérons la pénurie avec nos clients, les augmentations de délais passés de 3 mois à parfois 12 sur certains produits. Ceci est vrai pour nous, mais aussi pour les fournisseurs de cadres, de fourches, nos concurrents.

Avant le premier confinement, nos délais d’approvisionnement s’étaient déjà rallongés du fait d’une croissance mondiale du marché. En outre, personne ne pouvait anticiper les effets de la Covid-19 sur le marché européen et particulièrement notre filière.

Nos usines vont confirmer le mois prochain les départs de composants produits au second semestre 2021, ce qui veut dire que nos capacités de productions sont pleines pour les 8 prochains mois. Du jamais vu en 100 ans d’existence pour Shimano. Les disponibilités de nos produits reviennent donc à un niveau normal sur les mois d’octobre/novembre pour une certaine catégorie de produits, pour d’autres, il faut être patient et attendre le début d’année prochaine.

Nous avons augmenté nos capacités de production, mais au-delà d’un certain niveau, cela requière des investissements lourds qui ne se traduiront pas avant plusieurs mois par une augmentation de nos capacités.

Nous sommes sur une croissance de la demande jusque-là jamais vue, de l’ordre de 30% sur l’Europe, sur le second semestre 2020 comme sur le premier semestre 2021. Il s’agit avant tout de commandes reçues des assembleurs de vélos, qui ont pour beaucoup été impactés par la première vague du virus, ont dû fermer leurs usines, décaler voir annuler des commandes. De plus, le coup de pouce vélo a boosté le travail des ateliers vélos professionnels. Nos revendeurs ont tous été un peu pris de court suite à l’annonce du gouvernement, ont dû se renforcer quand ils le pouvaient tout en faisant des heures supplémentaires colossales, et sont encore pour beaucoup à proposer des rendez vous pour une remise en route ou un entretien en fin d’année si ce n’est début 2021.

Une demande en forte croissance et le coup de pouce vélo aggravent la pénurie

Suite au confinement, de nombreuses personnes se sont mises au vélo, achetant des vélos (principalement urbains). Epris de liberté, d'air libre tout en voulant éviter les transports en commun où la promiscuité n'aide pas à lutter contre la transmission du virus, les français se sont rués sur les deux-roues, nouveau mode de transport pour beaucoup, qui permet d'éviter les transports en commun ainsi que les bouchons urbains. Une aubaine pour le secteur qui a réussi à éponger le creux provoqué par l'absence de ventes durant plusieurs semaines.

Une production tendue et une croissance en flèche des ventes de vélos et d'accessoires, il n'en fallait pas plus pour creuses encore un peu plus les stocks.

Le coup de pouce vélo de 50€ pour remettre en état un vélo a lui aussi participé à créer une hausse de la demande d'accessoires. Des vélos qui dormaient dans les garages et les caves sont tout à coup ressortis (on estime que plus de 700000 vélos sont ainsi réapparus), avec pour beaucoup des changements de chaines, de câbles de freins et de dérailleurs, des pneus et des chambres à air. Autant de composants qui ont vu leurs ventes exploser, ce qui n'était aucunement prévu, ni par les vélocistes, ni par les marques qui produisent tout cela. Et on ne répond pas à une soudaine augmentation de la demande en quelques jours !

Certains vélocistes faisant face à une grosse demande ont par exemple commandé 200 chambres à air mais n'en ont reçu que 20, le fabricant ayant dû "rationner" pour tenter de fournir tout le monde.

Les marques de vélos fabriquées en Europe aussi touchées

Voilà qui fait qu'aujourd'hui, certains modèles de vélos, toutes marques confondues, ne sont pas disponibles avant des mois.... voire avant une année. Les marques ont, pour certaines, quelques soucis de production de cadres, mais c'est à la marge.

La production des transmissions et autres pièces (cintres, potences, roues, ...) revient peu à peu à la normale et les principaux acteurs sont fournis. Il peut en revanche y avoir des soucis d'approvisionnement de plus petits composants, comme des pneus, chambres ou un cintre. Impossible donc, même pour une marque qui fabrique encore en Europe ses cadres, de pouvoir livrer des vélos complets. Il ne manque parfois qu'un pédalier, des pneus... ou un cintre, mais les circuits de vente et d'approvisionnement font que de grosses entreprises ne peuvent se dépanner ailleurs.

Comme me l'indique un responsable d'une marque :

...clairement les délais Shimano nous impactent énormément, nous avons du mal à obtenir de la visibilité et c'est très difficile d'informer au mieux consommateurs détaillants et distributeurs.

Nous sommes tributaires des délais des composants , avec peu d'information, et je pense que plus on est petit comme marque plus il est difficile d'être en priorité et d'avoir les infos donc il doit y avoir des marques ou c'est bien pire.

Certains vélos ont ainsi vu leur délai de livraison passer à plus d'un an. Autant dire, indisponible.

Syndrome du papier toilette

Comme pour le papier toilette en début de confinement, la pénurie a été engendrée par certaines personnes qui ont stocké par crainte. Ils n'allaient pas plus aux toilettes qu'en temps normal... mais sait-on jamais.

Un point ayant participé à ce que votre vélociste ne puisse vous proposer un vélo dans un délai raisonnable, c'est que certains ont profité du PGE (Prêt garanti par l'État) pour commander beaucoup plus de vélos. Même si la demande augmente sensiblement un peu partout grâce à l'accroissement de la pratique du vélo, certains semblent avoir très largement augmenté leurs implantations, parfois de 150%. Ce que certains ont donc "réservé" n'est pas disponible pour les autres.

Mais les entreprises devant rembourser tôt ou tard ce PGE, il y a de fortes chances pour que des vélos réservés par certains se retrouvent à nouveau dans les stocks des marques, puisque certains vélocistes auront eu les yeux plus gros que la vente et n'auront pas la trésorerie nécessaire pour payer tous les vélos commandés.

Il risque donc d'y avoir un réajustement sur mars / avril 2021 avec des stocks de vélos à nouveau au beau fixe.

Les vélos assemblés en Europe moins impactés

Certaines marques sont nettement moins impactées, notamment celles qui font encore un assemblage à la main en Europe, comme Origine par exemple ou encore Victoire, Colnago,..

La pandémie impacte encore beaucoup l'Asie au niveau des grosses usines d'assemblage, avec des productions ralenties. Pour le moment, l'Europe, malgré un reconfinement de certains pays, est bien moins touchée, d'autant que ces marques semblent avoir de gros stocks de pièces détachées en avance.

Si un modèle de roues venait à manquer, certaines marques sont encore assez habiles pour modifier quelques spécifications et pouvoir ainsi proposer un vélo aux consommateurs.

Pourquoi certaines marques ont augmenté leurs tarifs ?

Vous êtes quelques-uns à avoir remarqué une hausse des prix publics de certains vélos ou composants. Non, les marques ne profitent pas de la pénurie pour augmenter les prix.

Cette augmentation vient en partie d'une bascule du mode de transport du bateau vers l'avion, mais aussi d'investissements des entreprises et de l'augmentation des composants.

Côté transport, un bateau met plusieurs semaines à rallier l'Asie à l'Europe, pour un avion, il faut 48h maximum. Et ça, c'est en temps normal. Depuis la pandémie, le transport maritime entre l'Asie et le reste du monde est saturé et les délais mais aussi les tarifs ont plus que doublé pour faire venir les marchandises.

Voici ci-dessous un témoignage qui éclaire sur la situation actuelle.

Dans un marché extrêmement tendu, certaines marques ont fait le choix de faire venir leurs commandes par avion, prenant à leur charge plus de 50% du surcoût.

Cela permet de contenter plus rapidement les consommateurs. Mais aussi, comme il y a eu des "guerres" pour les masques, des tractations ont lieu sur les ports en Asie et permet aux plus offrants de mettre la main sur un container de transmissions ou autres composants tant que celui-ci n'est pas parti. Vu la durée de chargement d'un bateau, ces négociations ont plus de chance d'aboutir que lorsque la marchandise est rapidement stockée dans un avion.

Les marques ou distributeurs s'assurent ainsi de pouvoir approvisionner leurs usines en Europe.

Côté investissements, pour faire face à l'énorme augmentation de demande mondiale au niveau du vélo, les marques, pour s'assurer d'avoir une production à la hauteur, ont dû investir pour avoir plus de lignes de production au sein de leurs usines et ce, sans sacrifier la qualité. Et pour avoir plus de lignes, les marques doivent forcément payer pour réserver de nombreuses chaînes de productions.

Enfin, de nombreux composants ont augmenté. Là encore, la forte demande a obligé les fabricants de composants à faire des investissements pour assurer une production à la hauteur des demandes. Des investissements qui se répercutent forcément sur le prix des composants.

Matières premières, salaires et taux de change

Voici le contenu d'un mail reçu par un vélociste, qui explique bien les multiples causes des augmentations de tarifs. Je remercie d'ailleurs ce vélociste qui m'a transmis ce mail, que j'ai rendu anonyme.

Tout augmente en Asie. Salaires, matières premières, taux de change...

L’augmentation exponentielle de la demande mondiale de vélos, entraîne, comme vous le savez probablement, de très fortes perturbations des approvisionnements.

 La saturation, partout dans le monde, des lignes de production de pièces, cadres, groupes électriques et accessoires…, rallongent considérablement les délais de production de fournisseurs incontournables qui se trouvent noyés sous les demandes !!

 L’autre conséquence de cette situation de pénurie est une hausse généralisée des prix d’achat en Chine.

Sur les 6 derniers mois les matières premières ont flambées,  l’acier omniprésent est passé de RMB4200/tonne à RMB 5200 soit une augmentation de +20 %, l’alu +23%,   pétrole +12% ( plastique ), caoutchouc ( +43% depuis janv !!! ). Dans le même temps, les salaires progressaient de +10% dans les principaux centres industriels Chinois et le taux de change du RMB Chinois ( Yuhan ) est passée de 6.90 Y pour 1 US$ à 6.65 obligeant les exportateurs Chinois à revoir tous leurs tarifs.

Cette situation sans précédent oblige ********* à suspendre pour quelques jours l’acceptation de nouvelles commandes, le temps pour nous d’actualiser les tarifs 2021. Bien entendu, les commandes déjà enregistrées ne seront pas impactées par les hausses de prix  !!!

Je vous remercie d’avance de votre compréhension et vous prie de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Nous vous informerons dans les prochains jours de la réouverture des commandes

Tout n'est pas perdu donc !

Les vélocistes arrivent donc à être approvisionnés en vélos. Bien sûr, pour certains coloris, certains montages ou certaines tailles, c'est parfois un peu plus compliqué, mais de façon générale, la pénurie n'est pas totale et votre marchand de cycles arrivera sans doute à vous trouver le vélo ou le matériel souhaité. La situation tend à revenir à la normale, même si pour certains modèles, cela prendra encore quelques mois.

Quitte à vous trouver une solution avec un changement de roues ou d'un autre composant.