Des vélos Ridley et des boyaux Continental en attendant

Ce n'est un secret pour quasiment personne, les vélos utilisés par l'équipe sont en fait des Ridley maquillés en Eddy Merckx. Ridley Dean pour le contre la montre, Ridley Helium SLX pour le fameux "Eddy Merckx Stockeu69".

Pour rappel, la marque Eddy Merckx appartient à Ridley et cette dernière, avec le partenariat de cette équipe World Tour, voulait mettre en avant Eddy Merckx. Mais après les premiers essais, les coureurs ont trouvé le vélo EM525 trop peu réactif.

Décision a été prise donc de les équiper de vélos Ridley qui ont déjà fait leurs preuves, le temps pour la marque Eddy Merckx de travailler sur un vélo conforme aux exigences du très haut niveau. Un nouveau modèle EM525 doit arriver dans les prochains jours.

Du côté des transmissions, l'équipe avait signé un contrat avec Rotor et KMC et la firme belge avait de son côté opté pour les transmissions Campagnolo qui équipaient déjà Lotto-Soudal. Pas de contrat avec Campagnolo donc, l'équipe achète elle-même ses transmissions et choisit de l'EPS 11 puisque le dernier groupe 12 vitesses campa ne fonctionne pas avec Rotor. Finalement, le mélange KMC / Campagnolo / Rotor ne fonctionnera pas mieux, il est donc décidé de repartir sur du Shimano, même si aujourd'hui, les deux marques de transmissions cohabitent encore sur les vélos des coureurs.

Enfin, bien que sponsorisée par la marque de pneus et boyaux Vredestein, les coureurs roulent majoritairement sur du Continental. La raison, des boyaux Vredestein qui n'offrent pas encore le rendement suffisant. Mais c'est une question de quelques semaines encore avant que Vredestein arrive à proposer des boyaux conformes. En effet, le groupe Vredestein est assez énorme et dispose des finances nécessaires mais aussi de la rechercher et développement qui peut permettre de rapidement proposer des produits spécifiques.

Tubeless et prolongateur moulé pour le chrono

C'est assez rare encore pour être souligné, mais Romain Bardet a décidé cette année de rouler avec des tubeless sur les chrono, au moins pour la roue avant, la roue lenticulaire n'étant pour l'heure disponible qu'en boyaux. A noter que cette roue lenticulaire est un modèle ultra léger spécialement fournit pour les pros.

La raison du choix du tubeless ? Des essais qui ont permis de démontrer que le rendement était meilleur que les boyaux.

On sera donc amené à voir de plus en plus souvent Romain et ses équipiers rouler en tubeless, au moins sur les contre la montre.

Autre spécificité chez Romain Bardet qui prouve qu'il ne laisse aucun détail de côté et qu'il ne délaisse pas le contre la montre, son prolongateur.

Il s'agit d'un prolongateur 100% carbone, moulé à ses mesures pour être le plus ergonomique et le plus aéro possible. De mémoire, rares sont les coureurs à avoir pu bénéficier d'un tel prolongateur sur un vélo de chrono.

Bien sûr, cela ne fait pas tout sur la performance, mais montre le soin apporté aux moindres détails par le coureur auvergnat. C'est grâce à Ridley / Eddy Merckx qu'il a pu bénéficier de ce prolongateur puisque le consortium dispose d'une soufflerie permettant de travailler efficacement.

PS : A noter que l'équipe reste pour moi la plus difficile d'accès. Impossible de passer la rubalise pour faire des photos plus propres du prolongateur aéro par exemple. Même chez Bora, je n'ai aucun souci pour avoir le vélo de Peter Sagan à ma disposition quelques secondes, mais chez l'équipe française, suivant les attachés de presse, c'est mission impossible, dommage.